Objectif Cap Nord : 4500 km à pied avec son malamute d’Alaska

Une longue marche vers le Grand Nord sur fond de complicité entre un jeune homme et un chien. L’histoire, sans doute, aurait plu à Jack London. En mars ou avril, Morgan Chétélat, 27 ans, s’élancera de Lugano en Suisse dans l’espoir de réaliser un rêve : rallier à pied le Cap Nord en compagnie d’Iliaq, son fidèle malamute d’Alaska. Un périple de 4500 km étalé sur 8 mois que j’avais à coeur de vous faire découvrir pour débuter cette année sous le signe de l’amitié et de l’aventure partagée. Rencontre avec Morgan qui nous parle de son aventure à six pattes. 

IMG_0795

[divider style= »icon-center » border= »small » icon= »comments »]

VascoMag : Salut Morgan, peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer les origines de ton projet ?
Morgan : Je m’appelle Morgan Chételat, j’ai 27 ans. Je suis passionné de sport et de grands espaces. Déjà haut comme trois pommes, je construisais des cabanes dans les bois. Une fois adulte, j’ai poursuivi mon aventure en allant planter ma tente en montagne. Mais les bivouacs sur quelques jours ne me suffisent plus. Voila maintenant quelques années que je me suis fixé un projet : partir marcher d’un point A vers un point B. Être au plus prêt de la nature, vivre au rythme du soleil, m’enrichir du monde et de ses merveilles, remplir mon âme de souvenirs impérissables, voila ce après quoi je marche.

IMG_0793

VascoMag : Tu as fait un choix original : partir avec ton chien. Pourquoi une telle décision ?
Morgan : J’ai décidé de partir avec mon chien qui est mon plus fidèle ami. Nous partageons tout ensemble. Lorsqu’il est entré dans ma vie, l’idée de faire ce voyage était déjà présente. Quand je le regarde, je vois en lui un compagnon prêt à me suivre au bout du monde, qui partagera mes moments d’euphorie, mais également les longues journées maussades.

Ces chiens sont connus pour leur robustesse et leur ténacité

VascoMag : Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton compagnon à quatre pattes ?
Morgan : Mon chien s’appelle Iliaq. Il a quatre ans et demi, c’est un malamute d’Alaska de 50kg. Ces chiens sont connus pour leur robustesse et leur ténacité. Ils sont utilisés pour tirer les traîneaux. Un dicton veut que « le chien soit à l’image du maître ». Etant de nature têtue, je sais qu’il m’aidera à accomplir ma quête.

IMG_0794

J’ai une fascination pour les pays scandinaves

VascoMag : Vous marcherez en direction du Cap Nord. Cette destination a t-elle un sens particulier ? Comment as-tu établi ton itinéraire et comment comptes-tu t’orienter ?
Morgan : Le choix du Cap Nord m’est apparu comme évident pour plusieurs raisons. Tout d’abord j’ai un chien de traîneau qui aime le froid et la neige, moi-même j’apprécie ce type de climat. De plus, j’ai une fascination pour les pays scandinaves, leur culture et les différents paysages qu’ils peuvent offrir. Une fois ma destination choisie, j’ai établi mon itinéraire en me basant sur les sentiers européens. Je rejoindrai l’itinéraire E1 en Suisse et le suivrai jusqu’à la fin. Afin de m’orienter, j’ai préparé des cartes papiers IGN, je suis équipé d’un GPS de randonnée Garmin ainsi qu’un smartphone (avec forfait européen de façon à pouvoir tenir à jour ma page Facebook).

IMG_0791

VascoMag : Voyager avec un chien implique sans doute une organisation particulière. Comment comptes-tu le nourrir ? Sera t-il attaché ou vaquera-t-il librement ?
Morgan : Pour me nourrir, j’ai décidé d’utiliser un réchaud fioul MSR, quant à mon chien, je fonctionnerai avec des sacs de croquettes de 4kg que j’achèterai dans les villes traversées. Iliaq sera attaché à moi grâce à une ceinture de cani-rando. Etant donné que c’est une race chasseuse et bagarreuse, je préfère prévenir que guérir !

7c7c21_0253af406f7846589f1e9b499d2dd62e

VascoMag : Tu transporteras ton matériel dans une pulka. Pourquoi ce choix ?
Morgan : A la base je n’avais pas pensé à la pulka, qui est un chariot de voyage au long court (portage de 30kg). C’est en lisant un livre de l’aventurière suisse Sarah Marquis que j’ai trouvé l’idée fantastique et me suis lancé. Après plusieurs tests, je pense que mon choix est judicieux. J’ai opté pour un chariot de randonnée de marque Ultreïa, avec un sac de 80 litres Ortlieb étanche.

La plupart de mes nuits se feront en tente

VascoMag : As-tu prévu d’être autonome pour l’hébergement ou comptes-tu sur l’hospitalité des personnes rencontrées ?
Morgan : En ce qui concerne l’hébergement, la plupart de mes nuits se feront en tente Hillberg ou dans des refuges, nombreux dans les pays nordiques (environ tout les 40km). De temps en temps, j’espère pouvoir être hébergé chez l’habitant ou trouver un hébergement peu cher afin d’avoir un peu de repos et une douche chaude.

VascoMag : Un dernier mot à ajouter ?
Morgan : Pour finir, je tiens à remercier tout particulièrement ma famille qui me soutient depuis mon plus jeune âge dans tout ce que j’entreprends, ma compagne qui m’encourage et croit en moi, et également mes amis les plus proches avec qui j’ai partagé bon nombre d’aventures en montagne. Je remercie aussi Kiwi Sport Saint Peray, pour l’aide apportée dans toute la préparation du matériel choisi et leur professionnalisme.

Pour suivre l’aventure de Morgan et Iliaq, rendez-vous sur la page Facebook du projet ou sur le site internet.

11,522 total views, 7 views today

2 Comments

  • Alors ça c’est un projet magnifique. Vraiment, décider d’affronter un voyage outdoor de 8 mois … certainement une expérience aussi courageuse qu’inoubliable. Faut vraiment aimer la nature, le voyage, la débrouille. Je respecte ça !

    Je suivrai le projet. Merci pour le partage Olivier 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *