7 bonnes raisons de partir en voyage à vélo avec votre bébé

Partir à l’aventure avec bébé dans la remorque est une excellente idée, mieux c’est la garantie d’écrire l’une des plus belles pages de votre roman familial. Pas convaincu ? Alors voici 7 arguments longuement muris sur la piste qui, on l’espère, vous donneront envie de tenter l’expérience.
[divider style=”icon-center” border=”small” icon=”lightbulb-o”]
1. Parce qu’il ne marche pas encore

Profitez-en ! C’est après que les choses se compliquent. Pour l’heure, il se satisfait pleinement du petit habitacle de sa remorque. Il s’y sent comme chez lui avec son doudou et ses quelques jouets. Mais lorsqu’il sera en mesure de faire ses premiers pas, il risque fort de se sentir à l’étroit dans ce cocon. Il vous faudra multiplier les pauses pour qu’il puisse se dégourdir les jambes. Et puis qui dit rayon d’action accru dit vigilance renforcée. A l’heure du bivouac, vous ne le quittez déjà jamais des yeux… et pourtant il se contente de ramper à la vitesse d’un limaçon souffreteux. Alors imaginez lorsqu’il sera en mesure de galoper comme un lapin de garenne…

2. Parce que même s’il ne gardera pas de souvenirs, les émotions resteront

Ne vous faites pas d’illusions. Vous aurez beau traverser les plus beaux paysages de la création, votre bébé de 10 mois ne devrait pas conserver de souvenirs concrets de votre épopée. En revanche, il se pourrait bien que toutes les émotions positives accumulées lors de votre périple l’aide à se construire sur des bases solides. Et si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours lui montrer les photos !

3. Parce que cela contribuera à souder votre famille

Voici une occasion rêvée d’apprendre les uns des autres. A l’écart de votre zone de confort, vous allez vous révéler sous un nouveau jour. Chacun devra se sublimer pour surmonter les innombrables obstacles qui ne manqueront pas de jalonner votre chemin. Vous consoliderez ainsi votre cellule familiale et tout le monde sortira grandi de cette expérience (enfin au moins bébé qui lui prendra à coup sûr quelques centimètres au cours du voyage).

[easy-image-collage id=1435]
4. Parce qu’à son âge il n’a besoin que de vous

Son petit lit en bois ne va-t-il pas lui manquer ? Et son mobile lumineux qui joue au clair de la lune ? Rassurez-vous à cet âge-là, ils n’ont besoin que d’une chose : vous. Et ça tombe bien vous partez aussi. Soyez en confiance (enfin faites au moins l’effort de faire semblant) et il le sera aussi. A vos côtés, il se sent en sécurité, il sait que rien ne peut lui arriver. Le pauvre s’il savait…

5. Parce que vous apprendrez qu’avec peu on peut faire beaucoup

Le voir délaisser ses jeux sophistiqués pour une bouteille en plastique et un morceau de bouse de wapiti séché, quelle leçon de sobriété ! Pas besoin d’emporter le coffre à jouet, il peut passer des heures à s’occuper avec ce que la nature lui place sous la main. Prenez exemple sur lui et faites le tri dans vos sacoches. Non, vous n’avez pas besoin d’un pot d’1kg de Nutella !

6. Parce que vous aurez le prétexte idéal pour mettre le pied à terre dans les montées

C’est qu’il est lourd le bougre. Insistez sur le fait qu’il a bien profité ces derniers temps. Faites clairement comprendre que le cornichon famélique que vous trainez dans la remorque n’est pas aussi léger qu’il en a l’air. Lorsque vous mettrez le pied hors d’haleine en pleine ascension vous aurez la plus parfaite des excuses : « non mais avec la remorque ça passait pas. Ouais ça patine. T’es sûr qu’il bouffe pas du Nutella en douce ?»

7. Parce que c’est l’expérience parfaite pour passer du temps ensemble

Beaucoup plus sérieusement, voyager à vélo constitue une occasion unique de passer du temps ensemble. Et ça par les temps qui courent, ça n’a pas de prix. Voir votre petit grandir aux premières loges, le sentir s’épanouir au contact de la nature, mesurer ses progrès. Imaginez, 24h/24 en famille… pendant des semaines, le pied, n’est-ce pas ?  Hein, comment ça finalement, vous n’êtes plus sûr de partir. Ha oui, je comprends. La peur du trop-plein d’émotions. L’angoisse d’être heureux !  Allez, rassurez-vous tout va très bien se passer… 😉

D’autres bonnes raisons de tenter l’aventure ? Alors n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

83,159 total views, 11 views today

10 Comments

  • Nanou dit :

    Nº4 : Nous on vous a vu le faire tomber au moins une fois, et le laisser jouer avec du … caca 😂
    Nº5 : Y’a quand même la crème de marron de maman bien planqué que vous avez gardé pour vous, escrocs 😂😂
    Nº1.2.3.6.7 : On confirme qu’Axel est la joie de vivre incarnée, qu’il ne semble vraiment pas souffrir de malnutrition et que vous entendre rire tous les 3 donne n’a pas de prix pour nous qui vous regardons et qui vous aimons.
    Bonne continuation les amis

  • Vous semblez partager le même type d’humour que nous et ça fait plaisir à lire! On se sent moins seul à appeler notre fille : “la petite patate/larve/limace dans sa remorque”… 🙂 Bon même si maintenant, après 10 mois sur la route, elle est rendue assez grande pour courir partout et exiger plus de pauses. Youpi, une excuse de plus pour s’arrêter de temps en temps!

    On a quelques bonnes raisons à ajouter : Voyager avec un bébé, c’est voyager avec un super passeport pour rentrer plus facilement et directement en contact avec les habitants des régions traversées. On ne compte plus le nombre de fois où nous nous sommes retrouvé.e.s invité.e.s à dormir, manger, discuter, alors que nous n’avions rien demandé (pauvres de nous)? Les grands et les petits sourient sur notre passage, font des coucous, les automobilistes sont plus prudents, etc. Aussi, avoir son enfant qui gazouille quand on est à bout de nerf, après des kilomètres d’effort intense dans des côtes infinies, ça a de quoi donner l’énergie qu’il faut pour finir la journée en beauté! Bref, on n’a pas fini de vanter les avantages de voyager avec un bébé.

    Question matériel à emporter avec un bébé, nous avons écrit un article sur la question, histoire de démystifier tout ça : http://www.enjolivelo.com/voyager-velo-bebe-quoi-emporter/. Si des fois cela peut aider les lecteurs/trices passant par ici voulant aller plus loin dans le concept de voyage à vélo avec un bébé! 🙂

    En vous souhaitant encore tout plein de belles aventures à vélo avec votre petit!

    PS : Mention spéciale pour votre régularité sur votre blogue, en plus des vidéos (excellentes par ailleurs). On sait combien cela demande de travail et d’effort conjugué à la vie de famille et le voyage…

    • Olivier Godin dit :

      Oui, 100% d’accord avec vous ! La présence d’un bébé, c’est un sésame qui vous ouvre bien des portes. Le vélo de manière générale attire la sympathie, mais si en plus vous avez un petit cornichon au sourire angélique derrière vous, vous faites carton plein ! Un vrai bonheur en effet d’avoir le sentiment de laisser dans son sillage comme une déferlante d’enthousiasme.
      Un grand merci pour votre message qui nous a permis de découvrir votre site. Super intéressant. Voilà de la saine lecture pour les pauses à venir. Au plaisir de vous croiser un jour sur la route ou dans un festival de voyage à vélo 😉

  • Nanou dit :

    @Clement et Isis
    Je ne suis pas “nomade” comme vous et mes amis mais adore partager de telles sensations, Votre site est super et donne un autre point de vu que celui que je connais de mes amis (Olivier et Adeline)
    Bonne route à vous tous

  • Les Nuvoli's dit :

    C’est clair que ce n’est que du bonheur. C’est génial ce que vous avez fait !!

    • Olivier Godin dit :

      Merci beaucoup pour votre message. A partir du moment où l’on prend le temps, qu’on est à l’écoute de son enfant et qu’on organise minutieusement son projet, beaucoup de choses sont possibles avec un bébé.

  • Hélène dit :

    C’est encore plus facile si le bébé est allaité ! Pas de souci de récipient à nettoyer, de qualité de l’eau, de lait en poudre à trouver et transporter 🙂

    Pour les couches, nous avons opté pour des langes, ces vieux grands carrés de gaze de coton qui sèchent en 1/4 d’heure au soleil – encore faut-il en effet de quoi les rincer. En même temps on peut aussi faire sécher un pipi de temps en temps, et en pratiquant ce que les américains appellent “communication de l’élimination” (le français propose un pompeux “hygiène naturelle infantile”) bébé signale vigoureusement ses besoins en particulier pour caca, et ne souille donc pas ses langes, ce qui est très confortable pour tout le monde.

    Je confirme l’option “Sésame” incluse dans les petites têtes blondes – ou brunes, ça doit marcher aussi 😉 En France, en Europe de l’Est, en Italie, les portes se sont ouvertes…

    Je retombe de temps en temps, à la maison, sur un petit morceau de bois brut;, de quelques centimètres. Quand je le montre à ma fille aînée, bientôt dix ans, elle se rappelle “ah oui, c’était notre bateau !” Un jour d’automne 2012, elle avait alors 4 ans pas tout à fait et demi, avec son frère de 2 ans et demi ils avaient joué, très longuement, dans le sable de notre première plage de Méditerranée. Ils aiment les jouets, mais ils aiment aussi toujours autant bâtons, cailloux, coquillages et autres capsules de bière !

    Pour notre part nous n’avons jamais mis nos enfants en remorque. Manduca, siège hamax, petite selle avant, peut-être bientôt un petit siège avant, nous les avons toujours gardé près de nous. Sans doute plus exposés aux éléments (mais le couvre-siège Hamax est une protection pluie et vent extraordinaire), mais tellement plus disponibles aux échanges pendant la route.

    Merci pour votre site !

    • Olivier Godin dit :

      Un grand merci pour votre témoignage et votre retour concernant les langes.
      Axel a été allaité jusqu’à ses 6 mois. Il en avait 10 lors de notre départ. Mais la prise de biberon ou l’approvisionnement en lait en poudre n’a jamais représenté de véritable difficulté. Un sachet dure longtemps.
      Nous utilisons également un siège Hamax pour nos déplacements du quotidien. Ce dispositif n’était en revanche pas adapté à un périple au long cours comme le nôtre sur terrain difficile. Notre remorque, un modèle mono-roue, dédié à la pratique du VTT lui ménageait une position confortable et limitait les secousses sur les sentiers les plus cahoteux. IL pouvait y faire sa sieste à l’abri tandis que nous réservions notre porte-bagage pour le transport de nos sacoches.
      Merci encore pour votre message que je ne lis que maintenant.

Répondre à Nanou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *